Les archéologues sont des gourmands

Avec Augustin, Alex, Lisa et toute l'équipe d'ArkéoTopia, partez à la découverte des ressources complémentaires de l'étape 5.2 de Mon cahier d'archéologie sur la stratigraphie, un des outils de la fouille archéologique.

Étape 5.2 - Intervenir sur le terrain
Comprendre la stratigraphie

Correspondances MCA1 et MCA2

MCA 1 p. 16 et MCA 2 p. 20

En savoir plus sur le vestige de référence de l'étape

L'étape 5.2, comprendre la stratigraphie, coloriée par Chris Esnault avec des crayons de couleursCe n’est pas un site réel qui sert à illustrer les pages 16 et 20 de Mon cahier d’archéologie intitulées Intervenir sur le chantier - Comprendre la stratigraphie ; un outil emprunté à la géologie pour fournir deux informations aux archéologues.

Lors d'une fouille archéologique, la stratigraphie est un outil fondamental des archéologues. Elle leur permet de comprendre chaque strate ou couche qui s’est déposée au fil du temps. Grâce à la stratigraphie, les archéologues peuvent remonter le temps et ainsi dater chaque découverte. Ils peuvent également étudier les relations entre les couches et ainsi apprendre laquelle a perturbé l'autre afin d'obtenir des informations utiles permettant de reconstituer le dépôt.

Comme les archéologues ne peuvent pas savoir à l’avance le nombre de couches qu’ils vont trouver, ils les numérotent en partant du sol actuel. De ce fait, les couches les plus anciennes portent des numéros toujours très grands car ce sont celles qui se trouvent au fond du trou qu’ils creusent alors que les couches les plus récentes portent des petits nombres.

Prenons un mille-feuille ou un plat de lasagnes. Pour atteindre la dernière couche qui a pourtant été déposée en premier lors de la préparation du plat, il faut déjà enlever les couches immédiatement accessibles. Ce sont pourtant les dernières à avoir été déposées, mais ce sont les premières qui seront enlevées. En archéologie, cela correspond à la figure ci-dessous où un être humain construit une maison sur la partie gauche du dessin. Pour découvrir les étapes de construction et de destruction de cette maison, il faudra partir de la dernière image, qui devient la première pour les archéologie, afin de revenir à la première qui correspond au sol vierge. La stratigraphie permet ici de connaître le mode de dépôt des sédiments et la façon dont les niveaux d’habitat s’intercalent.

Le Musée d'archéologie nationale présente une courte vidéo sur le Relevé de coupe stratigraphique avec Annie Roblin-Jouve présentant les différents niveaux d’habitat que revèle une coupe stratigraphique du site d'Étiolles.

La stratigraphie, c'est comme un mille-feuille / CC BY-SA Raphael Labbé

La stratigraphie, c'est comme un mille-feuille. C'est composé d'une multitude de couches.
CC BY-SA Raphael Labbé


Un exemple de stratigraphie
À gauche, la construction d'une maison de la découverte de son terrain à sa disparition suite à divers dépôts sédimentaires.
À droite, la fouille stratigraphique de cette maison par des archéologues.
CC BY-SA Raphael Labbé et Gransard-Desmond J.-O.

La stratigraphie met en évidence la nécessité de détruire le site où les archéologues travaillent. En effet, pour atteindre le sol vierge, c’est-à-dire le sol que l’être humain n’a jamais touché et qui est resté naturel, les archéologues doivent d’abord détruire toutes les couches précédentes, ce qui signifie de détruire le site même si c'est un bâtiment.

Axonométrie d'une étude stratigraphique d'un site fictif / CC0 BorisSouvent, les couches ne se succèdent pas aussi nettement que dans le dessin de Mon cahier d’archéologie. Les animaux fouisseurs comme ici la taupe Trouette qui représente les archéologues, les fouines, les lapins et bien d’autres animaux, déplacent les objets et perturbent les relations entre les couches. D'autres raisons peuvent perturber les couches stratigraphiques. Les constructions humaines elles-mêmes peuvent en être responsables. C'est ce qui se produit avec les trous de poteaux ou les tranchées de fondation. Les événements naturels (glissement de terrain, éruption volcanique, raz de marée, etc.) peuvent également représenter une source de perturbation.

La coupe stratigraphique présentée dans Mon cahier d’archéologie a été voulue simple afin d’être le plus accessible. Elle permet de voir la relation temporelle qui s’exprime dans la terre en partant de la couche de surface représentée par la ville et la campagne sous laquelle se trouvent :

  1. la couche ou la strate n°1 qui contient un casque Adrian qu'un poilu aurait pu utiliser, représentant ainsi un vestige de la Première Guerre Mondiale (début du XXe siècle) et donc de la période contemporaine ;
  2. la couche ou la strate n°2 qui contient un sextant maritime que Christophe Colomb aurait pu utiliser, représentant ainsi un vestige de la Conquête des Amériques (fin XVe siècle) et donc de la période moderne ;
  3. la couche ou la strate n°3 qui contient un bouclier qu'un soldat romain aurait pu utiliser, représentant ainsi un vestige du 1er siècle av. J.-C. et donc de la période antique ;
  4. la couche ou la strate n°4 qui contient une épée avec poignée en X à tête humaine qu'un guerrier celte aurait pu utiliser, représentant ainsi un vestige de 60 av. J.-C. et donc de la période antique également, mais pourtant antérieur ;
  5. la couche ou la strate n°5 qui contient un biface qu'un être humain préhistorique aurait pu utiliser, représentant ainsi un vestige de 1,6 millions d'années av. J.-C. et donc de la période paléolithique archaïque.

ATTENTION, l’outil stratigraphique ne fonctionne pas seulement à l’horizontale. Il fonctionne également à la verticale. C’est particulièrement vrai avec l’étude du bâti que ce soit pour l’étude de la dépose des papiers peints, des peintures, des enduits, etc. Une illustration assez claire en est donnée par la photographie présentant un exemple de recherche stratigraphique dans la salle à manger d’Alexandra David-Néel dans l’article « Étude stratigraphique à la maison Alexandra David-Néel » paru dans la Lettre d’information Patrimoines en Paca n°42 de mai 2018 (p. 3).

Les indices

Au nombre de 7 dans la version 5-8 ans (MCA1), ils rassemblent :

  1. Trouette, la taupe, représentée une fois avec son casque de chantier et une autre avec sa truelle (ces deux version de Trouette représentent l'une des activités de l'archéologue : la fouille)
  2. la figuration en ombre chinoise d'une ville et d'une partie de campagne qui représente la couche de surface sous laquelle se trouvent d'autres couches ou strates de différentes périodes qui contiennent des vestiges de l'Histoire humaine
  3. la couche ou strate n°1 et ses vestiges
  4. la couche ou strate n°2 et ses vestiges
  5. la couche ou strate n°3 et ses vestiges
  6. la couche ou strate n°4 et ses vestiges
  7. la couche ou strate n°5 et ses vestiges

Au nombre de 7 dans la version 8-14 ans (MCA2), ils rassemblent :

  1. Trouette, la taupe, animal fouisseur qui représente la fouille, l'une des activités de l'archéologue
  2. la figuration en ombre chinoise d'une ville et d'une partie de campagne qui représente la couche de surface sous laquelle se trouvent d'autres couches ou strates de différentes périodes qui contiennent des vestiges de l'Histoire humaine
  3. la couche ou strate n°1 et ses vestiges
  4. la couche ou strate n°2 et ses vestiges
  5. la couche ou strate n°3 et ses vestiges
  6. la couche ou strate n°4 et ses vestiges
  7. la couche ou strate n°5 et ses vestiges
Nous contacter

Envoyer un courriel  contact@arkeotopia.org

Appeler par téléphone  06 22 03 32 33

Envoyer un courrier postal  ArkéoTopia, 36 Reculet 78730 Longvilliers (France)

Envoyer un courrielFormulaire en ligne