Comment financer une mission archéologique ?

Avec Augustin, Alex, Lisa et toute l'équipe d'ArkéoTopia, partez à la découverte des ressources complémentaires de l'étape 6.2 de Mon cahier d'archéologie sur le travail de laboratoire avec le dessin des vestiges et les techniques du dessinateur.

Étape 3 - Financer le travail des archéologues
Trouver de l'argent

Correspondances MCA1 et MCA2

MCA 1 p. 13 (étape 2 de la page 7 dans la 1ère édition) et MCA 2 p. 16-17

En savoir plus sur le vestige de référence de l'étape

C’est un joyeux défilé qui sert à illustrer les pages 13 et 16 de Mon cahier d’archéologie intitulées Trouver de l’argent : que ce soit par des professionnels comme par des bénévoles, la recherche archéologique a besoin d’un financement pour exister.

Fouilles préventives de l'INRAP sur la Place de la République dans l'ancien village d'Annappes Villeneuve-d'Ascq en 2017 / CC BY-SA Pierre André via Wikimedia CommonsNon seulement il faut de l’argent pour payer les étapes précédentes évoquées dans Mon cahier d’archéologie, mais un programme de recherche scientifique complet avec fouille, analyses et publication en nécessite encore plus.

Avant d’évoquer le coût d’une opération archéologique, il ne faut pas rappeler que, même avec des financements, tout le monde ne peut pas lancer un programme de recherche archéologique. Selon les pays, il faudra avoir un diplôme et/ou un agrément. Une expérience de terrain reconnue par les pairs ou un doctorat en archéologie et des autorisations officielles permettant d’intervenir sur le terrain sont des clefs qui ouvrent le droit de lancer un programme de recherche archéologique. Une fois ces clefs obtenues, il faut encore trouver des financements pour la campagne de recherche.

Les secrets d’une occupation humaine ne se dévoilent pas en quelques jours. Il faut donc du temps et du personnel qualifié, or le personnel qualifié coûte cher. En France, les impôts sont une des principales sources de financement de la recherche archéologique, en particulier pour l’archéologie dite préventive. Ainsi l'impôt sur les revenus qui est reversé à différents ministères contribue au financement des 4 ministères dont dépend la recherche archéologique en France : Ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, Ministère de la culture, Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères et Ministère de l'Intérieur.

Le mécénat associatif avec ici un don de 25 000 euros des Amis des Archives historiques de la ville de Cologne à la direction des Archives historiques de la ville de Cologne / CC BY-SA Raimond Spekking via Wikimedia CommonsPour l’archéologie préventive, un fonds particulier lui est réservé. Il s’agit du fonds national pour l’archéologie préventive (FNAP). Ce dernier est alimenté par la redevance d’archéologie préventive (RAP) qui est appliquée pour tous travaux. Qu’il s’agisse de l’aménagement du grenier d’un particulier ou de la construction d’un bâtiment par un promoteur immobilier, tout le monde y contribue.

Pour l’archéologie programmée, la source de financement la plus connue pour les missions à l’étranger est l’allocation de recherche pour mission archéologique qui dépend du Ministère de l'Europe et des Affaires étrangères.

D’autres sources de financement existent comme :Logo de l'Agence Nationale de la Recherche - A.N.R. © ANR

L'étape 3, financer la recherche archéologique, coloriée par Chris Esnault avec des crayons de couleursChaque opération archéologique d’ampleur (prospection, sondage, fouille ou expérimentation) représente budget propre. Il n’y a donc pas une somme fixe. En revanche, quel que soit la mission, elle devra prendre en compte l’acquisition des données, l’analyse des données et la publication. Chacune de ces étapes nécessite du personnel et de l’équipement.

Le coût moyen d’une fouille de petite ampleur est de 50 000 euros auquel il faudra rajouter le coût de l’analyse des données et la publication de l’ensemble.
Il n’est donc pas surprenant qu’un sénateur ait mentionné un coût 84 000 € TTC pour un chantier de fouilles en 2005 et que la réponse du Ministère de la culture à un sénateur le 11 juin 2020 ait mentionné un coût de 130 000 € pour une fouille préventive à Bonnée dans le Loiret.

Le dessin de Mon cahier d’archéologie ne correspond donc pas à une réalité courante en matière de source de financement. Il a surtout vocation à mettre en avant la question financière, trop souvent oubliée malgré son importance, de façon festive.

Les indices

Au nombre de 5, ils rassemblent :

Étape 2.6 - repérer
Par inventaire
Mon cahier d'archéologie
Accueil des ressources
Étape 4 - intervenir
L'autorisation