Trouver des vestiges en marchant dans la campagne

  • Mis à jour : lundi 9 août 2021 15:09
  • Publication : dimanche 1 février 2015 15:29
  • Écrit par Jean-Olivier Gransard-Desmond
  • Affichages : 124
  • PDF

Avec Augustin, Alex, Lisa et toute l'équipe d'ArkéoTopia, partez à la découverte des ressources complémentaires de l'étape 2.2 de Mon cahier d'archéologie sur la localisation d'anciennes occupations humaines grâce à la prospection pédestre.

Étape 2.2 - Repérer des vestiges
La prospection pédestre

Correspondances MCA1 et MCA2

MCA 1 p. 7 (étape 4.1 de la p. 10 dans la précédente version) et MCA 2 p. 8-9

En savoir plus sur le vestige de référence de l'étape

Ce sont des lames en « livre-de-beurre » provenant des environs du Grand-Pressigny en Indre-et-Loire (37) qui servent à illustrer les pages 7 et 8-9 de Mon cahier d’archéologie intitulée La prospection pédestre ; la première méthode utilisée par les archéologues pour localiser d'anciennes occupations humaines.

Nucléus pour débitage laminaire pressigniens dit en « livre de beurre »Les lames en « livre-de-beurre » du Grand-Pressigny mesure au moins 22,5 cm et jusqu'à 37,5 cm de long. Ce sont les plus grandes lames en silex connues. Leur nom en « livre-de-beurre » provient a été donné en raison de la technique de débitage. Ce nom, donné au nucleus (la partie qui permet le débitage des lames), provient de la ressemblance de ce dernier avec les mottes de beurre de la région au XIXe siècle en matière de couleur et de forme. L'existence de ce débitage correspond à un épisode relativement court, entre 2.800 et 2.450 av. J.-C. ce qui correspond au Néolithique final. Ces grandes lames de pierre produites par des maîtres-tailleurs se diffusèrent jusque dans les Alpes, la Bretagne et les Pays-Bas. Elles sont le plus souvent retouchées sous forme de poignards, objet de prestige. Le musée de la Préhistoire du Grand-Pressigny constitue un centre de ressources de premier plan pour la connaissance de l’exploitation de ces silex et les premiers réseaux commerciaux européens.

Équipe d'archéologues amateurs encadrée par deux archéologues professionnels du Forest Service archaeologists pour une mission de prospection dans une section des montagnes San GabrielIdentification d’un vestige archéologique (un silex) lors d’une prospection par le Forest Service archaeologists de Californie (USA) dans les montagnes San GabrielÀ la différence d'une découverte fortuite, c'est-à-dire due au hasard, les archéologues du milieu du XXe siècle ont développé une méthode permettant d'explorer un espace de façon méthodique et systématique afin de révéler les anciennes occupations humaines. Cette méthode, c'est la prospection. Au sein de cette méthode, il existe plusieurs procédure. La plus ancienne et la moins coûteuse est la prospection pédestre. C'est une méthode non destructive, c'est-à-dire qu'elle ne porte pas atteinte au sol. En effet, après s’être rendus sur un lieu, les archéologues ne sont pas là pour fouiller, mais pour repérer en surface des vestiges prouvant la présence d’une ancienne occupation humaine.

Pour cela, Ils s’organisent soit en rang (mode de fonctionnement le plus ancien) soit en carré soit encore de façon différente en fonction de l'espace prospecté, du nombre de participants et du matériel à disposition. Quelle que soit l'organisation, l'objectif reste le même : arpenter la surface du sol de façon méthodique d’un bout à l’autre. Sur le chemin effectué à pied, d’où l’appellation de « pédestre », les prospecteurs scrutent le moindre détail qui leur permettrait de prouver que des êtres humains ont vécu autrefois sur le lieu prospecté.

L'étape 2.2, la prospection pédestre, coloriée par Chris Esnault avec des crayons de couleursSur le dessin, en équipe de cinq, Lisa la directrice de la mission archéologique d’ArkéoTopia, Alex l'archéologue, Tom l'étudiant en archéologie, Presto le lièvre et Pisteur le chien cherchent des indices de vie humaine de l’époque du Néolithique final dans un champ aux environs de la commune du Grand-Pressigny. Ils se sont habillés pour la circonstance : couvre-chef (chapeau, bob, casquette), chaussures de marche, vêtements solides et visibles avec bandes réfléchissantes. En tant que directrice de la mission, Lisa a obtenu l’autorisation du propriétaire du champ ainsi que du Service Régional de l’Archéologie.

Pisteur a flairé un nucléus. Alex, lui, ramasse une magnifique lame de silex en « livre-de-beurre » qu’il met dans un sachet qui porte le numéro d’inventaire de la mission de prospection. Il indiquera le lieu de découverte et d'autres informations dans son carnet de notes. Alors que Tom a déjà trouvé une lame qui se voit dans son sachet, il vient également de repérer un grattoir ou un racloir. Lisa utilise son bâton à fouir pour tester le sol sans avoir à se baisser et un seau pour récupérer des vestiges ne pouvant pas entrer dans les sachets. Presto est déçu de ne trouver qu’un rognon de silex sans intérêt archéologique.

Les indices

Au nombre de 11, ils rassemblent : une équipe de plusieurs archéologues ; les chapeaux pour se protéger du soleil ; le bâton à fouir ; le seau et les sachets plastiques pour ramasser les vestiges de surface ; les chaussures de marche ; vêtements à bandes réfléchissantes ; carnet de notes ; Pisteur le chien qui représente la capacité à prospecteur ; Presto le lièvre qui représente la capacité à transmettre des informations rapidement ; le champ avec ses lignes qui donnent le type de lieu où se trouve l’équipe ; les vestiges de silex parsemant le champ (lames, nucleus et grattoir/racloir) trahissant la présence d'êtres humains autrefois.

Couverture de Mon cahier d'archéologie 5-8 ans Couverte de Mon cahier d'archéologie 8-16 ans

Mon cahier d'archéologie pour les non lecteurs 5/8 ans
en vente chez Fedora

Mon cahier d'archéologie 2
pour les lecteurs de 8 à 16 ans

Tu as le bonjour d'Augustin 11 ansTu as le bonjour d'Augustin 7 ansMon cahier d’archéologie, également appelé MCA, est un cahier de découverte et d’activités créatif et ludique. En compagnie d’Augustin, jeune garçon curieux et intrépide, les enfants rencontreront les sympathiques archéologues Alex et Lisa qui les emmèneront à la découverte de l’archéologie et du patrimoine français. Chaque dessin met en scène une situation vécue par Alex et Lisa au quotidien. Selon l'âge de l'enfant, un cahier lui est adapté entre la version non lecteur et la version lecteur. Chacun pourra ainsi expérimenter des activités (coloriages, dessins, jeux d'observation, puzzles, mots codés, énigmes, lectures) renvoyant à des activités d'un archéologue. Ainsi, les enfants se glissent dans la peau d'un archéologue. Seul, en famille, dans un cadre scolaire ou de loisirs, les enfants pourront développer leurs connaissances et leurs compétences en s’amusant.

Chaque étape de Mon cahier d'archéologie dispose d'une page des ressources complémentaires comme celle-ci avec des images couleurs, des documents archéologiques ayant inspiré le contenu du cahier et des informations sur les nouvelles sorties.

Nous contacter

Envoyer un courriel  contact@arkeotopia.org

Appeler par téléphone  06 22 03 32 33

Envoyer un courrier postal  ArkéoTopia, 36 Reculet 78730 Longvilliers (France)

Envoyer un courrielFormulaire en ligne